Reprendre une entreprise

Reprendre une entreprise : comment trouver la bonne affaire ?

Entreprendre ne signifie pas forcément créer une société ex nihilo. Développer une activité existante grâce à la reprise est un bon moyen de concrétiser un projet personnel. Encore faut-il identifier la structure à racheter en cohérence avec ses objectifs.

Mots-clés :
Reprendre une entreprise : comment trouver la bonne affaire ? - CCI de Lyon

En France chaque année, 60 000 entreprises sont mises en vente et 185 000 sont susceptibles d’être cédées. La moitié d’entre elles disparaît faute de repreneur. Or le taux de survie des entreprises cédées est bien supérieur aux autres : 60 % à 5 ans*. Si vous avez décidé d’effectuer une reprise d’entreprise, il faut d’abord définir le temps que vous vous accordez. À la fois anticiper et être patient : de 6 à 24 mois sont en moyenne nécessaires pour aboutir. Mais surtout vous fixer une limite si vous ne trouvez pas votre perle rare.

Reprendre une entreprise, un commerce : les 4 critères essentiels

La fameuse cohérence homme-projet

Que ce soit pour reprendre un commerce, une entreprise de services ou une industrie, le porteur de projet doit définir clairement ses objectifs et ses attentes. Au lieu de viser large pour ne pas rater une opportunité, mieux vaut resserrer sa recherche selon 4 critères clés :

  • Le secteur d’activité

Pour se projeter, le secteur d'activité doit vous intéresser :
- soit vous le connaissez déjà et vous avez de l’expérience dans ce domaine, et vous souhaitez valorisez votre expertise en devenant maintenant gérant ;
- soit vous préférez vous reconvertir dans un nouveau secteur qui vous intéresse, auquel cas vous pouvez échanger avec des professionnels du secteur ou effectuer un stage d’immersion proposé par Pôle Emploi pour avoir une bonne idée du milieu.

  • La localisation

À choisir selon vos possibilités de mobilité et l’adéquation avec votre vie personnelle.

  • Le chiffre d’affaires

Définir une fourchette en lien avec votre apport financier et le prêt bancaire auquel vous pouvez prétendre est impératif. En moyenne, les banques financent à hauteur de 70 à 80 %.

  • l’effectif

Donnez-vous une limite selon vos envies et capacités de management, votre expérience et ce que cela implique en termes de coût et production.

Les outils et aides à la recherche

La « bonne » entreprise est donc propre à chacun. Une fois l’objet cadré, la phase de recherche passe par différents moyens.

  • Le réseau 

Les connaissances personnelles et professionnelles, des intermédiaires spécialisés.

  • Les sites internet

De nombreux sites et outils spécialisés mis en place par des unions professionnelles, CCI ou CMA, diffusent des annonces de cession. Par exemple : Transentreprise, Bourse Nationale d’Opportunités Artisanales, Transcommerce, Transmibat, Mecanet…

  • L’approche directe

En contactant un dirigeant d’entreprise qui vous intéresse. Cela permet d’introduire le « marché caché de l’industrie », dont les opportunités ne sont pas forcément visibles.

  • Les événements de mise en relation

Il existe sur Lyon une manifestation unique de mise en relation entre cédants et repreurs : la bourse des entreprises. Organisée tous les trimestres.

Il est important d’utiliser tous ces canaux pour trouver la « pépite ». Il est essentiel également de réaliser une veille sur le marché ciblé, la concurrence, les points faibles, le potentiel de développement…Et pour être accompagné quand on ne connaît pas un secteur, en particulier dans l’industrie, sachez que la CCI propose le programme intitulé la Recherche active de cible pour bénéficier d'un ciblage précis en parfaite cohérence avec son projet 
et être accompagné dans sa prospection et coaché dans sa recherche de cibles. Contact : Marie Allspach - 04 72 40 82 58 – m.allspach@lyon-metropole.cci.fr

*Source : rapport Fanny Dombre-Coste, « Favoriser la transmission d'entreprise en France » / CRA Cédants & Repreneurs d'affaires, ministère de l’Economie et des Finances, 2016.