performance-tableau-stylo-GettyImages-1000

1. Sachez adapter votre business plan à votre interlocuteur

 La présentation d’un business plan ne connaît pas de modèle imposé. Le document ne doit toutefois pas dépasser une vingtaine de pages dont la moitié consacrée à l’aspect financier (lire à ce propos notre article Construire ses prévisions financières). Il peut changer selon son destinataire et vous en aurez par conséquent plusieurs versions légèrement variables. Certains points seront davantage accentués selon qu’il est destiné à des partenaires, à un fournisseur, à des cofinanceurs, à d’éventuels mécènes ou à un banquier pour l’obtention d’un prêt de départ.

Dans un business plan, plusieurs éléments doivent absolument figurer :

- l’étude économique : le créateur d’entreprise présente son projet, son étude de marché, son équipe et sa stratégie commerciale mais aussi ses éventuels locaux ou fournisseurs selon l’activité.

- l’étude juridique : il est conseillé de réfléchir en premier lieu au statut social et fiscal du chef d’entreprise, duquel découlera le statut juridique de la société (SAS, SARL, etc.). Statut juridique, fiscal, social : les bonnes questions à se poser.

- l’étude financière : le porteur de projet présente son éventuel patrimoine et ses ressources, un prévisionnel d’exploitation, son point mort et son besoin en fonds de roulement pour sa trésorerie.

2. Qu’est-ce qui séduira votre banquier ?

À travers le document du business plan, le créateur d’entreprise présente son histoire, son projet et, surtout, là où il souhaite le mener. Le banquier, lui, sera attentif aux aspects économique, juridique et financier.

Le porteur de projet doit avoir mené une étude de marché sérieuse afin de mettre en avant son positionnement et son modèle économique. Il devra présenter les équilibres financiers de son entreprise et ainsi justifier de sa viabilité.

C’est donc un effort de recherche et de présentation de l’estimation de son chiffre d’affaires, du montant de ses charges que vous devez principalement fournir pour convaincre.

3. Fournissez des informations crédibles et un planning détaillé

À travers le business plan, vous cherchez à vous mettre en avant et à convaincre. Le meilleur moyen d’y parvenir est de rester pragmatique. Ni trop optimiste ni trop prudent. L’objectif est de témoigner de vos chances de réussite. Un prévisionnel trop prudent avec un point mort tardif peut amener un banquier à s’interroger. Il connaît ou se renseignera sur les tendances de votre activité. Il est important de les respecter.

Toutefois, le prévisionnel de votre chiffre d’affaires ou de vos charges doit vous amener à vous projeter le plus loin possible dans votre activité. Il est important de le contextualiser au maximum et de ne pas se contenter de reporter simplement les tendances de l’activité sur un autre territoire ou sur un autre marché que le vôtre.

4. N’ayez pas la phobie du BFR !

Le BFR, autrement dit le besoin en fonds de roulement, correspond à la nécessité de financer le décalage entre les sorties d’argent pour payer des fournisseurs, par exemple, et les entrées correspondant à l’encaissement des paiement de ses ventes. En présentant un planning détaillé de son plan de trésorerie, le calendrier des entrées et des sorties d’argent permet à tout porteur de projet d’être clair et de rassurer son banquier. Il est en effet rare que les banques financent le BFR.

5. Parlez de votre projet autour de vous et faites-vous accompagner

À quoi bon parler de son projet à des gens qui ne sont pas dans le domaine ou qui pourraient copier ou voler notre idée ? Une crainte qui n’est pas justifiée. Présenter son projet à son réseau personnel ou professionnel peut permettre de s’exercer à le défendre et à l’exposer clairement. La démarche permet de tester son idée et son discours ou de lui apporter une nouvelle orientation. C’est également un bon entraînement avant d’aller voir son banquier. Un manque de clarté dans sa présentation peut apparaître à ses yeux comme un manque de conviction et de croyance en son entreprise. Comment préparer son pitch et communiquer sur son projet

En cas de refus, après un rendez-vous avec le banquier, l’aventure n’est pas terminée. Les raisons du refus sont importantes à analyser afin d’améliorer son business plan. Elles permettent d’identifier les manques et leurs sources : est-ce l’activité en elle-même, certains de ses aspects financiers (comme un manque d’apport) ? À ce stade comme auparavant, l’aide d’un professionnel tel qu’un expert-comptable peut être utile pour mener à bien l’ensemble du projet et la recherche de financement nécessaire.

Les 10 règles d'or pour réaliser son Business Plan

Les 10 règles d'or pour réaliser son Business Plan

Un business plan est un document qui vous permet d’expliquer la mise en oeuvre opérationnelle et stratégique de votre entreprise. Ce document est indispensable si vous souhaitez vous associer, lever des fonds ou convaincre votre banquier du bien fondé de votre entreprise pour une simple ouverture de

Les 4 clés de succès pour construire son Business Model

Les 4 clés de succès pour construire son Business Model

Les business model de votre entreprise permet de comprendre les liens entre votre proposition de valeur, votre offre, vos clients, vos partenaires vos revenus… Il permet de comprendre comment votre entreprise est organisée. Pour comprendre comment construire son modèle d’affaires, je vous propose

Les 4 étapes pour réaliser son étude marché

Les 4 étapes pour réaliser son étude marché

L’étude de marché est l’étape essentielle pour comprendre l’environnement dans lequel vous allez évoluer. Vous avez déjà analysé le marché global du secteur d’activité de votre entreprise, nous nous concentrons maintenant sur le marché de votre entreprise : les futurs clients et concurrents de votr