Ils témoignent

Entreprendre by CCI : ils témoignent

Publié le MERCREDI 17 JUILLET 2019

Entreprendre by CCI : ils témoignent - CCI de Lyon

La nouvelle offre de la CCI séduit les créateurs d'entreprise : 3 entrepreneurs reviennent sur leur parcours.

Attentive aux attentes et besoins des porteurs de projets et jeunes dirigeants, la CCI a repensé l’offre d’accompagnement qui leur est destinée. Souplesse, modularité, collectif, et participatif sont les maîtres-mots d’Entreprendre by CCI. Au cœur du programme, le suivi individuel et personnalisé est enrichi d’une orientation coaching et d’expertises à la carte.

Un cycle d’ateliers thématiques invite notamment à résoudre des problématiques en petits groupes (à Lyon, Saint-Etienne et Roanne), tandis qu'avec Entrepren’Up, un réseau d’échange et de co-développement entre jeunes dirigeants, l'entrepreneur élargit son réseau et confronte ses idées et son projet. Témoignages de trois jeunes entrepreneurs sur leurs parcours et leur passage par la case CCI.

Jérémy Habrard, 28 ans, Lyon, président de Futurope

guillemet1 Avec mon associé, nous avons passé six mois au sein de l’incubateur Boost’in Lyon afin de créer Futurope en 2017. Puisque nous nous sommes lancés dès la sortie de l’école, 

futurope

nous n’avons pas de réseau professionnel, il semblait intéressant d’intégrer une promotion Entrepren’Up. L’idée de rassembler des jeunes dirigeants à peu près au même stade et pas concurrents est judicieuse.

On se rend compte que, quel que soit le domaine, on fait face aux mêmes problématiques. L’animateur a fait émerger différentes questions : comment faire de la prospection ? Comment fidéliser un client ? Comment se faire connaître sur le web ? Nous avons aussi pu pitcher notre activité devant des chefs d’entreprise seniors qui relèvent clairement les points faibles. Nous avons aussi abordé la confiance en soi du dirigeant, confronté à des hauts et des bas. Ce programme était vraiment appréciable, il nous a permis de prioriser nos projets et de mieux définir notre positionnement stratégique en tant qu’équipementier technologique proposant des solutions (hardware et software) à nos clients. Entrepren’Up a répondu à nos interrogations du quotidien et ouvre des portes, on garde contact avec ce petit réseau pour essayer de créer des synergies. De plus, il est financièrement intéressant.

Et suite à ça, j’ai intégré le programme Parrainage pour bénéficier de conseils et de hauteur sur notre situation. La CCI partage son expérience et cela nous fait gagner du temps. Je participerais sans doute à des ateliers et je saisis les occasions de rencontrer l’écosystème, il y a toujours des choses à apprendre guillemet2.

 

Jean-Baptiste Sauzeau, 32 ans, Lyon, créateur de JB BD

JB-BDguillemet1 Passionné de bandes dessinées depuis l’enfance puis collectionneur, je me suis naturellement tourné vers ce secteur quand j’ai décidé de me reconvertir professionnellement. J’ai présenté mon projet de e-commerce de bandes dessinées de collection et de réédition à Pôle Emploi qui m’a dirigé vers la CCI. Je pensais qu’il s’agissait juste d’une institution pour s’inscrire, mais j’ai découvert tout un microcosme très développé.

Comme mon projet était assez mûr, on m’a orienté vers un accompagnement individuel. J’étais un peu perdu au premier rendez-vous, je n’avais pas d’attentes particulières hormis le fait qu’on me dise si mon projet semblait aberrant ou non. Le conseiller m’a rassuré, expliqué et les pièces du puzzle se sont assemblées au fur et à mesure. Quand on part de zéro, toute information est bonne à prendre. Il m’a guidé pour établir mon prévisionnel, définir les seuils de rentabilité, parlé de formations adaptées autour de l’écriture web, du référencement naturel ou encore aiguillé vers l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) qui prête à des taux intéressants à des jeunes sans ressources.

J’ai donc été accompagné de mars à novembre et j’ai créé JB BD le 1er décembre dernier. Je n’en serais pas là sans cette aide. C’est aussi un éclairage précieux sur des détails, des coûts auxquels on ne pense pas et sur des pièges à éviter. Je n’ai pas été déçu et ça m’a stimulé pour concrétiser jour après jour mon projetguillemet2

 

Morgane Landré, 29 ans, Lyon, cofondatrice de l’agence Yolk

guillemet1 Avec mes associées Jodie Bernard et Serena Angeli, nous sommes en train de fonder l’Agence Yolk  pour proposer du consulting culinaire 

MorganeLandre

 

des services sur mesure aux acteurs de l’alimentation. Nous avons déjà travaillé ensemble, mais nous avions pas mal de questions sur le statut à choisir quand on est trois, sur les règles juridiques…. Nous avons donc rencontré un juriste à la CCI puis un conseiller pour suivre le programme « Je lance mon projet ». Nous avons bénéficié de bons conseils pour construire notre business plan, ainsi qu’un prévisionnel tenant la route.et 

Le conseiller nous a aussi incitées à rechercher des financements et des locaux. Nous avons une relation étroite, en dehors des rendez-vous : on peut l’appeler quand on a des questions et il nous alerte sur des points de vigilance. Il pose aussi les questions qui fâchent afin de nous pousser à réfléchir en profondeur et à structurer tous les aspects de notre projet. Cette approche est graduelle et responsabilisante, car on est incités à agir. Nous sommes satisfaites de ce dispositif d’autant qu’on ne s’attendait pas à trouver des personnes si disponibles et bienveillantes. guillemet2

entreprendre-by-cci

  • Une offre d'accompagnement sur-mesure pour réussir la création et le lancement de son entreprise
  • Une offre bancaire préférentielle négociée avec nos partenaires (prêt à taux préférentiel, sans frais de dossier...)

Vos contacts :