Communiqué de presse

Conjoncture - Redémarrage très progressif, dans l’incertitude du déconfinement

Publié le MERCREDI 29 AVRIL 2020

Conjoncture - Redémarrage très progressif, dans l’incertitude du déconfinement - CCI de Lyon

La semaine du 20 avril marque clairement un tournant dans la gestion de la crise pour les entreprises, quel que soit leur secteur.

La semaine dernière, 2325 échanges directs ont eu lieu entre des chefs d’entreprises et les 150 conseillers CCI, par téléphone, e-mail et webinaires. 

Le dispositif puissant mis en place par la CCI pour aider les entreprises à faire face depuis le début de la crise est enrichi aujourd’hui par une Bourse d’entraide, plateforme visant à mettre en relation dans un temps très court les besoins et les ressources des entreprises dans cette phase de redémarrage.

Depuis mi-mars, 14 000 chefs d’entreprise ont échangé avec les 150 conseillers et experts de la CCI. De ces échanges au plus près du terrain, émergent des informations précieuses sur l’état des entreprises, l’évolution de leurs difficultés et leurs demandes urgentes auprès de l’Etat.
La semaine du 20 avril marque clairement un tournant dans la gestion de la crise pour les entreprises, quel que soit leur secteur.

Les deux tiers des entreprises sont en activité (64%), mais avec un niveau de production en dessous de 70%.

On assiste à une reprise progressive de l'activité, notamment dans l'industrie avec 88% des entreprises en activité, et 79% dans les services. Mais 79% des CHR (cafés hôtels restaurants) sont évidemment à l’arrêt, ainsi que 51% des commerçants. Quant aux services, le constat est similaire avec 79% des interrogés en fonctionnement.
Face à cette reprise qui s’amorce, les entreprises font face à d'importantes problématiques sur de nombreux pans de leurs activités :

- Pour l’industrie : Organiser le travail et gérer le personnel dans le respect des mesures de distanciation et des conditions sanitaires demandées, nécessitant l’obtention de masques, de gel, de visières et autres moyens de prévention, ainsi que la désinfection des locaux.
La sécurisation des transports collectifs pour les déplacements domicile-travail est aussi en question.

- Pour les entreprises accueillant de la clientèle, surtout les commerces de détail, la problématique de la limitation du nombre de clients dans les boutiques se pose pour une prochaine réouverture. L'ensemble de ces difficultés contraignent les commerces à adapter leurs relations commerciales : circuit court et zone de chalandise réduite, mise en place de drive et de prise de commande sur internet avec une organisation nouvelle et des points de vente à réinventer.

- Plus globalement, la chaîne logistique et d'approvisionnement est sous tension, aussi bien pour les industriels qui cherchent à reconstituer leur stock, que pour les livraisons des commerces de détail.

La chute du chiffre d’affaires concerne 77 % des chefs d’entreprise interrogés

La principale conséquence de la crise est la baisse des commandes et des ventes (77%). Viennent ensuite les difficultés de livraison clients
(20%), la perte ou la dévalorisation des stocks (10%), la rupture d’approvisionnement en matières premières (18%), les difficultés à régler
les fournisseurs (7%), l’import/export en baisse (6%), les défauts de soustraitants/co-traitants (5%).

Focus par secteur d’activité :
- CHR : baisse des commandes et des ventes (90%) et perte ou dévalorisation des stocks (33%).
- Commerce : baisse des commandes et des ventes (59%), rupture d’approvisionnement (22%).
- Industrie : baisse des commandes et des ventes (85%), difficultés de livraisons clients (40%), rupture d’approvisionnement en matières
premières (28%).
- Services : baisse des commandes et des ventes (76%), difficultés de livraison clients (18%).

Emploi : à 64%, le recours au chômage partiel reste très élevé

Les principales conséquences sur les salariés sont la mise en chômage partiel (64% des répondants), au télétravail (28%), en absences pour
garde d’enfants (14%), en arrêt de travail (9%) ou en congés (9%). 22% des entreprises ont des équipes présentes physiquement sur site.
- CHR et commerces : les salariés sont essentiellement en chômage partiel (pour 88% des répondants des CHR et 57% des commerçants).

- Industrie : 66% des entreprises qui ont répondu ont des salariés en chômage partiel et 44% en télétravail, tandis que 38% sont maintenant
sur site.
- Services : 51% des entreprises ont des salariés en chômage partiel et 46% en télétravail.

Soulager la trésorerie, un impératif pour les entreprises : 64% d’entre elles demandent des reports de charges

Les deux tiers (64%) des entreprises ont demandé des étalements de charges : principalement des reports ou étalements d’échéances
sociales et fiscales (80%), et des reports ou étalements d’échéances bancaires (57%), puis l’obtention ou le maintien d’un crédit bancaire via
Bpifrance (36%) et des reports ou étalements des échéances fournisseurs (13%).
Parallèlement, les dirigeants qui ont sollicité les aides, notamment les dispositifs d'urgence mis en place par l'État, perçoivent les fonds dédiés. De
manière complémentaire, ils procèdent actuellement aux demandes liées aux nouveaux accompagnements décidés par la Région, la Métropole
de Lyon et Saint-Etienne Métropole.

Beaucoup d'entre eux ont un accord de principe pour un décalage de 6 mois des échéances bancaires grâce au PGE (prêt garanti par l'État). D'autres,
qui ont fait les démarches dans un second temps, sont toujours en attente d'un accord formel.
Certaines entreprises envisagent d’actionner ce levier pour assurer un niveau correct de leur trésorerie dans les mois à venir, avec la nécessité de se réapprovisionner pour avoir des stocks suffisants.
D’une semaine sur l’autre, nous constatons toujours que la grande majorité (75%) des clients ne demandent pas de délais de paiement, ce
qui n’empêche pas de nombreuses entreprises de retarder leurs paiements.

Une attente en matière d’accompagnement pour aider au redémarrage

Pour les aider dans leur redémarrage, les entreprises évoquent des accompagnements extérieurs prioritaires à mettre en place sur : le commercial (20%), la communication/marketing (11%), les ressources humaines (8%).
- CHR : surtout communication/marketing (23%).
- Commerce : communication/marketing (14%) et commercial (12%).
- Industrie : commercial (32%), RH (12%).
- Services : commercial (25%), RH (9%), communication/marketing (8%).

Les principales questions sans réponse ou problèmes rencontrés par les chefs d’entreprise qui appellent la cellule d’appui :

1- Les entreprises non éligibles au fonds de solidarité se voient exclues de nombreux autres dispositifs, comment faire ? Surtout
quand la banque refuse un prêt de trésorerie.

2- Les entreprises ‘multi banques’ voient leurs banques jouer au ‘ping-pong’ sur le thème : Seulement si la banque A prête, alors la
banque B prêtera…

3- Blocages sur les plateformes et saturation sur les hotlines de l’activité partielle et des impôts.

4- Les entreprises qui ont changé de forme juridique (de microentreprise à société) après le 1er février sont exclues du fonds
de solidarité. Aucune réponse à apporter.

5- Nombreuses questions sans réponses sur la reprise progressive à partir du 11 mai.

Paroles de chefs d’entreprise :

- Un commerçant (GMS) : « La distribution alimentaire est en suractivité ; c’est aussi un défi logistique et d’organisation des points de vente »

- Une PME de services aux entreprises : « Actuellement, nous ne sommes pas dans une situation très difficile grâce au chômage partiel qui a été
accepté. C'est la reprise qui va être dure. Nos clients en profitent parfois pour mettre fin à nos prestations ou annuler des commandes. »

- Un hôtelier : « Pour le moment, mes équipes sont au chômage partiel mais j’attends de voir les annonces concrètes du gouvernement pour
aider les hôteliers. »

- Une entreprise industrielle : « Actuellement dépendants à 80% d’approvisionnements en provenance de Chine, nous menons une réflexion pour relocaliser en France une partie de nos approvisionnements. »

- Une PME de services à l’industrie : « En plan de sauvegarde depuis septembre 2019. J’ai demandé un PGE à mes deux banques mais mon
entreprise n’est pas éligible. Cette situation spécifique n'est pas prise en compte. »

- Une PME dans l’industrie : « Nous avons un besoin urgent d'un plan clair sur le redémarrage progressif pour l'ensemble des activités de la chaîne
de production (fournisseurs et clients). »

- Une agence de communication : « Nous avons besoin de plus de visibilité quant aux règles et responsabilité du dirigeant vis-à-vis de la protection
des salariés. »

- Un commerce de détail : « Comment mettre en place les consignes qui s'appliquent à ma boutique, et concilier accueil des clients et respect des
gestes barrière ? »

- Une startup dans les services à l’industrie : « Pour les startups, les besoins en BFR sont importants. J’ai donc opéré un changement dans
mon développement commercial faute de visibilité sur les dispositifs de soutien aux start-up dans le cadre de cette crise »

- Un restaurateur : « C’est un tsunami dans la profession. A la réouverture, il n'y aura jamais assez de clients pour compenser les pertes. »

Le dispositif massif mis en place par la CCI est plébiscité par les chefs d’entreprise

Plus de la moitié des répondants à notre enquête (55%) a souhaité recevoir un mail récapitulatif des mesures à mettre en place ou des échanges
d’informations réalisés avec le conseiller CCI. La moitié des entreprises (52%) souhaite être recontactée par la suite par
un conseiller CCI.
L’objectif de la CCI est de contacter 50 000 chefs d’entreprises au total, afin d’apporter soutien, accompagnement et orientation aux entrepreneurs
de son territoire, surtout les plus petites entreprises.

Rappel du dispositif exceptionnel mis en place par la CCI :
- Une Cellule d’appui téléphonique (16 conseillers) doté d’un numéro unique -04 72 40 58 58 - qui fonctionne 7 jours/7 de 9h à 17h
- La CCI continue d’assurer les formalités nationales (CFE) et internationales (CFI) et certificats de signature électronique
(Chambersign) par e-mail, courrier ou présentiel (pour Chambersign uniquement, et sur RDV) sur les 3 délégations de la CCI (Lyon, Saint-Etienne, Roanne) ;
- Un guide unique ‘Entreprises, on vous aide’ actualisé en temps réel qui recense toutes les mesures, dispositifs et aides.
- Tous les médias de la CCI mobilisés pour informer au mieux (site web, newsletters, réseaux sociaux, e-Mag Eco), actualisés en temps réel
- Des webinaires interactifs
- Une vaste opération ‘Assistance et soutien’ de contact direct par téléphone
- Une Bourse d’entraide pour mettre en relation, dans un délai très court, les besoins et les ressources des entreprises dans la phase de redémarrage.
- Une plateforme partenariale dédiée CARE - Collectif pour l’assistance au redémarrage des entreprises va être lancée début mai. Elle vise à mettre en place, en lien avec l’Etat, les collectivités territoriales et les organismes clefs (URSSAF, banques, assurances…) un dispositif d’aide, une plateforme, pour accompagner les entreprises dans le redémarrage de leurs activités.